LANCEURS D’ALERTES, CES JOURNALISTES DE L’HUMANITÉ

2

FACE À UNE DICTATURE DE LA PENSÉE QUI NE DIT PAS SON NOM, LE LANCEUR D’ALERTES EST PLUS QUE NÉCÉSSAIRE POUR LA DÉFENSE DE NOTRE HUMANITÉ.

L’être humain qui traite une information se retrouve généralement face à 2 alternatives :
– La première, traiter l’information dans un cadre défini avec des règlementations spécifiques.
– La seconde, traiter l’information avec comme seul filtre son humanité.

Illustrations avec des EXEMPLES IMAGÉS

Cas Numéro 1
1 ÊTRE HUMAIN Dans 1 Cadre Professionnel de Veille Sanitaire Qui Dispose d’Informations Cruciales et Vitales

Cas Numéro 2
1 ÊTRE HUMAIN assistant à 1 DRAME portant atteinte à 1 autre ÊTRE HUMAIN

Libre à VOUS d’en Tirer les CONCLUSIONS

1 Lanceur d’Alerte n’est pas 1 SUPER HÉRO, mais tout simplement 1 être humain délivrant 1 information vitale pour l’HUMANITÉ.

Cependant, il apparait que les humains qui comme le cas numéro 2, s’impliquent avec instinct d’HUMANITÉ, « qui plus est » au sein d’un espace précis et de façons répétées, sont désignés par le PAYS DES DROITS DE L’HOMME comme des MENACES… pour qui ? pourquoi?

Une fois de plus ILLUSTRATIONS par des FAITS

LE 28 SEPTEMBRE 2020 UN MARTINIQUAIS ACCUSÉ D’AVOIR FAIT UNE VIDÉO SUR LES VIOLENCES POLICIÈRES EST APPELÉ À COMPARAÎTRE AU TRIBUNAL DE FORT-DE-FRANCE PAR CEUX QUI ONT PRÊTÉ SERMENT DE DÉFENDRE LES HUMAINS, ET PLUS PARTICULIÈREMENT LES VICTIMES DE TOUTES LES FORMES DE VIOLENCES, D’OPPRESSIONS ET CRIMES …

LE 22 MAI JOUR DE COMMÉMORATION EN MARTINIQUE, UNE JEUNE FEMME SE FAIT ARRÊTER ET MISE EN GARDE À VUE ABUSIVEMENT PAR CEUX QUI PRÔNENT LES DROITS DE L’HOMME, POUR AVOIR FILMER LA STATUE DE VICTOR SCHEOLCHER PAR TERRE QUI ÉTAIT L’UN DES SYMBOLES ESCLAVAGISTES.

LE 12 JANVIER 1934, ANDRÉ ALIKER EST ASSASSINÉ.
Ce journaliste communiste martiniquais avait eu le courage de s’attaquer au Maître du rhum, qu’il accusait de fraude fiscale et de corruption à magistrat. 

Il était épris de justice et était passionné par l’enquête de terrain et n’hésitait pas à prendre le parti des exploités du système : coupeurs de cannes, dockers, marins pêcheurs.
Aliker tenait un petit commerce et passait ses loisirs comme rédacteur du journal Justice. Justice, le bien nommé. Sûr de son bon droit et de la cause juste qu’il a épousée, André s’offre le luxe de l’arrogance en signant ses articles « l’œil de Moscou ». Aux yeux du Maître du rhum, il est à surveiller et s’il va trop loin, il faudra lui faire la peau.

Détenu depuis avril 2019 dans une prison de haute sécurité britannique, JULIAN ASSANGE est poursuivi pour avoir diffusé à partir de 2010 plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.
Il est inculpé pour espionnage par la justice américaine et risque théoriquement jusqu’à 175 ans de prison en cas de procès. Ce cyber activiste australien s’affirme très vite comme un militant crypto-anarchiste, dénonçant l’asymétrie d’information entre gouvernants et citoyens et misant sur Internet pour rétablir l’équilibre. En 2006, il fonde l’ONG WikiLeaks et en devient la tête d’affiche. Il revendique sa volonté de « démasquer les secrets et abus d’Etat ».
En novembre 2010, il publie 250.000 télégrammes diplomatiques américains, s’attirant les foudres de nombreux pays. En avril 2011, il dévoile les dossiers des détenus de la prison de Guantanamo, accusant Washington de détentions arbitraires.

LE 19 SEPTEMBRE2020 GASPARD GLANZ EST PLACÉ EN GARDE À VU

Le journaliste reporter qui couvrait une manifestation à Paris, a été (une nouvelle fois) interpellé alors qu’il quittait cette manifestation en compagnie d’un ami photographe. «On partait tous les deux boire un coup, parce qu’on ne s’était pas vus depuis six mois, on était à un kilomètre de la manifestation, et là un camion de policiers s’arrête à notre hauteur, dix policiers en sortent en courant et nous sautent dessus», raconte le journaliste.

Ayant pu filmer le début de son interpellation en posant sa caméra par terre. On y voit Glanz décliner son identité, puis être fouillé par un policier au niveau des poches de son pantalon, avant d’ouvrir son sac pour en détailler le contenu.

 Glanz a été placé en garde à vue du chef de «participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou de destructions ou dégradations de biens lors de manifestations sur la voie publique»

Il explique que la présence d’un masque à gaz dans ses affaires a pu justifier, aux yeux des policiers, ce placement en garde à vue. Plusieurs journalistes ont été interpellés depuis deux ans pour cette raison, notamment Rémy Buisine, de Brut. Considérés par la police comme du matériel prohibé, les masques à gaz sont utilisés par les reporters pour couvrir les manifestations saturées en gaz lacrymogène.

Pour un de ses collègues, c’est parce que Gaspard n’a pu présenter de carte de presse sachant que celle-ci n’est pourtant pas obligatoire pour être journaliste en France, que celui-ci a été placé en garde à vue.
Dans la vidéo de son interpellation, lorsque Glanz montre des documents prouvant de son activité de journaliste, on entend en effet un policier dire : «C’est sûrement une carte de presse, mais nous ne sommes pas assez compétents pour le savoir.»

POURQUOI LES DIFFUSEURS D’INFORMATIONS SONT-ILS MENACÉ ?

  » Lorsque des journalistes engagés, des lanceurs d’alertes et des diffuseurs d’informations constituent un contre-pouvoir, ils sont systématiquement bâillonné et c’est la vitalité d’expressions et la démocratie dans ce qu’elles portent depuis plusieurs années qui est attaqué « .

CENSURES ET RÉPRESSIONS MÉDIATIQUE
Toutes les chartes de déontologie promues par les syndicats de journalistes appliquent les droits en vigueur pour préserver le principe de la liberté de l’information et d’expression qui impose de s’opposer à toute censure.
MAIS L’ÉTAT KOLONYAL FRANÇAIS BÂILLONNE ET ÉBORGNE LES INFORMATIONS EN S’ATTAQUANT AUX LANCEURS D’ALERTES, AUX JOURNALISTES ENGAGÉS ET DIFFUSEURS D’INFORMATIONS DANS L’HEXAGONE ET LES OUTRE-MER.

Déclaration des devoirs et des droits des journalistes
PRÉAMBULE
Le droit à l’information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain. La responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à l’égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.
La mission d’information comporte nécessairement des limites que les journalistes eux-mêmes s’imposent spontanément.
Tel est l’objet de la déclaration des devoirs formulés ici.
Mais ces devoirs ne peuvent être effectivement respectés dans l’exercice de la profession de journaliste que si les conditions concrètes de l’indépen
dance et de la dignité professionnelle sont réalisées. Tel est l’objet de la déclaration des droits qui suit.

Déclaration des devoirs
2) défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique ;
9) ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs ;
3) Le journaliste ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel ou à exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou sa conscience.
SYNDICAT NATIONAL DES JOURNALISTES
http://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=http%3A%2F%2Fwww.snj.fr%2Farticle.php3%3Fid_article%3D66&fbclid=IwAR3jw8iDv3tNUYjMIxIB3IcDXcMlRxdgvCwDXFxbgeCk4RcWqwVB5369sFQ

LE JOURNALISTE EST-IL EN VOIE DE DISPARITION ?

AUX ÉTATS-UNIS LES JOURNALISTES SONT ÉGALEMENT MENACÉ

La fonction du journalisme et son activité éthique

L’information constitue un droit fondamental, mis en lumière par la jurisprudence de la Commission et de la Cour européennes des Droits de l’Homme relative à l’article 10 de la Convention européenne des Droits de l’Homme et reconnu par l’article 9 de la Convention européenne sur la télévision transfrontière et par les constitutions démocratiques, qui définissent les droits des citoyens, dont celui d’exiger que l’information donnée par le journaliste soit transmise fidèlement dans les nouvelles et commentée avec honnêteté sans ingérences extérieures que ce soit de la part des pouvoirs publics ou d’entités privées.

Les pouvoirs publics ne doivent pas considérer qu’ils sont les propriétaires de l’information. La représentativité publique autorise à agir en vue de garantir et de développer le pluralisme des médias et d’assurer que les conditions nécessaires à l’exercice de la liberté d’expression et du droit à l’information soient réunies, en excluant la censure préalable. Le Comité des Ministres en est d’ailleurs conscient comme le prouve sa Déclaration sur la liberté d’expression et d’information adoptée le 29 avril 1982.
http://www.assembly.coe.int/nw/xml/XRef/X2H-Xref-ViewHTML.asp?FileID=7207&lang=fr

IL CONVIENT DE COMPRENDRE QU’IL EST VITAL DE PROTÉGER ET SOUTENIR TOUS LES ÊTRES HUMAINS QUI FONT PREUVE D’HUMANITÉ CAR ILS PEUVENT ÊTRE AUSSI DES LANCEURS D’ALERTES

Next Post

LE "SHOW ANANAS" DE #STANISLAS DIGNE D'UNE QUENELLE KOLONYAL

jeu Oct 1 , 2020
Share on Facebook Tweet it Share on Reddit Pin it Share it Email Le Mercredi 30 Septembre 2020 le Préfet de la Martinique STANISLAS CAZELLE était appelé à comparaître au Tribunal de Fort-de-France suite au dépôt de plainte de ceux que tout le monde surnomme désormais les « 7 d’Océanis ». UNE […]

MOBILIZASYON / RDVS

#LAKTU

Le ZAPPING de #DK

#FLASHDK

#KONVERJANS

#CQFD de l'ÉTAT KOLONYAL

#KULT