MÉMOIRE – RDV le 14 FÉVRIER à PAP – GWADLOUP

Le 14 février 1952, dans la commune du Moule en Guadeloupe, est organisée une grève par les ouvriers de l’usine Gardel pour une hausse de leurs salaires, part du mouvement revendicatif impliquant des petits planteurs et colons sur l’ensemble de l’île. Des barrages avaient été érigés par les grévistes sur le piquet de grève. Les forces de maintien de l’ordre sur place tirèrent sur la foule, le bilan est de 4 morts et 14 blessés.
Ces événements sont connus à la Guadeloupe sous le nom de

massacre de la Saint-Valentin
Rappel des FAITS içi

RDV LE DIMANCHE 14 FÉVRIER 2021
SUR LA PLACE LA VICTOIRE 16h devant la Fresque de MAI 1952 organisé par le #CIPN et le #MIR

Cette date marquera également la création d’un comité afin d’accentuer et fédérer autour des luttes communes en GWADLOUP

PLAIDOYER POUR LA CONSTITUTION D’UN KOMITE DU 14 FEVRIER

Camarades et amis guadeloupéens..

Chacun se demande depuis quelques années où va la Guadeloupe en faisant le constat que tout se dégrade, tout se dérobe sous nos pieds, en particulier notre place et notre condition humaine dans notre propre Pays…
Chacun interroge et s’interroge : mais que font les guadeloupéens, mais que faisons nous ?

Il ya quelques années un jeune béké du nom CHAULET de s’attaquait dans un restaurant à un avocat afro-descendant en lui cassant sa voiture à coups de barres de fer et le traitant de fils d’esclave…
Quelques mois avant une jeune femme békée abreuvait d’injures racistes des pompiers guadeloupéens venus la secourir après un accident de voiture en leur lançant : ‘’Ne me touchez pas sales nègres’’…
Beaucoup de faits similaires ont émaillé notre quotidien et vous les connaissez sans doute..

Dans l’actualité récente nous enregistrons quantité de comportements et de faits à caractère racistes commis par des français sur notre sol. Sans les citer tous nous évoquerons les attaques de marseillais contre la présence d’un temple indien à proximité de leur maison, l’attaque le 26 janvier 2021 de sept jeunes voyous français en vacances qui ont insulté et malmené le personnel guadeloupéen d’un restaurant d’hôtel , le comportement ignoble et raciste de 11 touristes français à l’égard d’un couple de martiniquais (Maeva MORNET et son mari) installé dans un bateau, le Sea SPIRIT, devant se rendre à Marie-Galante…
Le comportement du promoteur béké David de ‘’Couleurs Excursions, tout aussi condamnable et révoltant, demandant aux deux martiniquais de descendre du bateau pour laisser la place aux français.. L’implantation ostentatoire, fin janvier 2021, de drapeaux Corses et Bretons sur la plage de Grand Anse à Deshaies, signifiant que ce Pays, notre Pays, leur appartenait..

La diffusion en janvier 2021 sur les réseaux sociaux de la photo des dizaines de hauts fonctionnaires et dirigeants, tous blancs et exogènes, qui mènent la Guadeloupe montre s’il en était besoin qu’un processus de recolonisation de la Guadeloupe s’opère à marche forcée. Les quelques rares Directions qui étaient occupées il y a peu par des guadeloupéens sont désormais occupées par des français..

Et pour couronner le tout nous apprenons qu’à l’issue d’une audience se déroulant le 21 janvier 2021 à Paris, les juges français ont annoncé aux parties

civiles qu’ils envisageaient de classer le dossier du Chlordécone en prononçant un non lieu et en déclarant l’affaire prescrite..

Un véritable scandale judiciaire et politique, sans doute le scandale écologique du siècle perpétré par le pouvoir français qui se targue à l’international de vouloir poursuivre et faire condamner tous les ‘’écocides’’ commis sur la planète..

En janvier 2021, des organisations politiques, syndicales, identitaires et culturelles ont dans l’urgence et sous le coup de l’indignation suscitée par le lâche assassinat commis contre Klod JEAN-PIERRE ont créé un

KOLEKTIF KONT VYOLANS A JANDAM

Kolektif qui en peu de temps a mené une campagne de dénonciation active sur les médias et de belles actions sur le terrain comme à DESHAIES même où le dimanche 10 janvier plus de 400 personnes ont occupé la Commune et encerclé la Gendarmerie, comme à Pointe-à-Pitre et à Basse-Terre les 23 et 29 janvier 2021.

Des membres du KOLEKTIF réalisant le 1er février 2021que notre Pays était devenu anxiogène au regard de toutes les attaques et agressions de toutes sortes menées contre lui ont évoqué la perspective d’ouvrir le champ d’action du KOLEKTIF à tous les autres maux qui minaient notre Société guadeloupéenne. Mais à la majorité des présents cette proposition a été rejetée, car elle créerait un amalgame risquant d’être interprété négativement et de nous causer du tort en définitive…
Le KOLEKTIF KONT VYOLANS A JANDAM a pour seule vocation de dénoncer et combattre les violences commises dans notre Pays par les gendarmes et plus généralement les violences policières..

Le combat que nous menons étant multiforme, nous devons être capables de nous doter des outils pertinents permettant d’être efficaces face à chaque défi.

La présente proposition de constituer un KOMITE DU 14 FEVRIER ayant pour socle un MANIFESTE GUADELOUPEEN appelé à être diffusé largement sur les réseaux sociaux pour une adhésion populaire, tire sa légitimité du crime organisé par les békés, les gendarmes et le pouvoir politique français le 14 février 1952 contre les ouvriers de l’Usine GARDEL, tuant quatre d’entre eux dont une femme enceinte. Ces ouvriers avaient pour noms Constance DULAC, Capitolin JUSTINIEN, Edouard DERNON, et François SERDOT..

Nous leur rendrons l’hommage qui convient ce dimanche 14 février 2021, tant à Moule qu’à Pointe-à-Pitre !

Le hasard de l’Histoire fait que c’est également un 14 février ( le 14 février 1974) qu’en Martinique sur l‘Habitation CHALVET, deux ouvriers de la banane martiniquais Marie-Louise PLACIDE et Ilmany RENOR-en conflit avec des grands planteurs békés-furent abattus par des gendarmes au nombre de 200, soutenus ailleurs par un hélicoptère lançant des gaz lacrymogènes sur les travailleurs réfugiés dans les champs.

MANIFESTE GUADELOUPEEN

POUR LA SAUVEGARDE DE NOS TERRES, LA PROTECTION DE NOS EMPLOIS ET CONTRE L’ENVAHISSEMENT DE NOTRE PAYS…

· De toutes parts nous parviennent les échos d’atteintes à notre terre par l’achat massif et organisé par des exogènes qui considèrent notre Pays comme leur bien commun.

· De toutes parts nous parviennent les échos d’exactions de plus en plus nombreuses, commises par ces mêmes exogènes contre les guadeloupéens.

· De toutes parts nous parviennent les échos de pratiques abusives en matière d’emploi, pratiques privilégiant systématiquement les exogènes à tous les postes de responsabilité..

· De toutes parts nous parviennent les échos d’une jeunesse sacrifiée et désemparée que le système oblige à s’exiler, alors que dans le même temps s’installe chez nous une classe moyenne française qui se considère chez elle..

· De toutes parts nous parviennent les échos d’un Peuple privé d’eau et qui désespère de l’avenir dans un Pays regorgeant pourtant de ressources hydrauliques..

· De toutes parts nous parviennent les échos d’une justice, en droite filiation avec le Code Noir toujours non abrogé, qui entend prescrire un crime d’Etat, celui de l’empoisonnement du Peuple Guadeloupéen et de sa terre par le Chlordécone…
Une terre empoisonnée pour 700 ans et qui représente le tiers de la Surface Utile de la Guadeloupe, a privant ainsi de toute production.

GUADELOUPEENS…

On en veut à notre liberté et à notre existence même..

Faisons bloc pour faire obstruction à toutes ces menées qui visent à nous marginaliser, nous déposséder de tout et nous réduire à néant dans notre propre Pays.

Nous devons sauver ce qu’il reste de nos terres, en empêchant leur vente à l’étranger, car ces terres sont les nôtres et celles devant être léguées à nos enfants. Nous devons imposer une réglementation draconienne pour tout acquisition de foncier par un non-guadeloupéen et obtenir de l’Etat français réparation pour la dépollution de ces dernières de façon à envisager une autosuffisance alimentaire, dans le cadre d’un développement endogène et concerté.

Nous devons inciter au retour au Pays tous nos jeunes formés à l’extérieur et leur garantir une absolue priorité à l’emploi, dans le public comme dans le privé et imposer la guadeloupéanisation des cadres partout où les compétences existent..

Nous devons, tout en ne jetant pas l’opprobre sur un tourisme sain, être en mesure de contrôler les flux migratoires de sorte qu’un génocide par substitution ne se produise dans le plus grand des silences..

Et que personne ne dise qu’il est urgent d’attendre, que nous ne serons pas en mesure d’arrêter le cours des choses.. que nous ne sommes pas prêts, ou autres arguties relevant du renoncement, de la paresse intellectuelle ou de la préservation d’une zone de confort qui ne durera qu’un temps..

En vérité nous ne serons jamais prêts si nous attendons de l’être…
Dès qu’il y a volonté, il existe un chemin..

La Guadeloupe est en danger..

Le temps de résister ensemble est venu..

Prenons l’engagement de résister avec audace et persévérance à cet engrenage mortifère par tous les moyens légaux et légitimes que nous confère la Déclaration Universelle des Droits de l‘Homme du 10 Décembre 1948…

POUR QUE LE MÉDIA PUISSE SURVIVRE PENSEZ A
NOUS SOUTENIR
REJOIGNEZ NOS GROUPES DE DIFFUSIONS D’INFOS

Next Post

FOYAL : CONFLIT D'INTÉRÊT EN CATIMINI - MARTINIQUE

ven Fév 19 , 2021
Share on Facebook Tweet it Share on Reddit Pin it Share it Email Mme LANDI REFUSE DE PORTER SEULE LE CHAPEAU. Elisabeth Landi 2ème adjointe au Maire de la ville de Fort de France de 2008 à 2014 La Ville de Fort de France a vendu une maison de son […]

MOBILIZASYON / RDVS

#LAKTU

Le ZAPPING de #DK

#FLASHDK

#KONVERJANS

#CQFD de l'ÉTAT KOLONYAL

#KULT