COMMENT MAINTENIR LA DYNAMIQUE DU 27 fév. 2021

réunion Bilan et perspectives de la mobilisation du 27 février 2021 à la maison des syndicats le 1er mars 2021 Foyal (Fort de France)

Le 27 février 2021 est un jour à inscrire dans les annales de l’histoire de la Martinique, une foule immense déferle les rues de Foyal (Fort-de-France) clamant le refus de la prescription annoncée par le tribunal sur la plainte déposée par l’ASSAUPAMAR contre l’empoisonnement au chlordécone. Non seulement le tribunal colonial français annonce la forte probabilité d’un NON LIEU mais aussi la mise sous scellée pour 20ans du dossier chlordécone, sans compter les pièces du dossier perdus !

Le peuple Martiniquais et Guadeloupéens reconnait clairement le mépris qui leur est porté et ce dénie de justice qui montre la médisance du couple morbide état franSSais/créole (béké) envers les Martiniquais et les Guadeloupéens.

Que se passera-t’il après le 27 février 2021 ?

les organisations et êtres humains organisateurs de la grande mobilisation du 27 février se sont réunis ce lundi 1er mars pour faire un bilan de ce week-end de mobilisation et voir ensemble avec des propositions la suite à donner et comment maintenir la fusion des forces de cette mobilisation.

La parole est donnée

Plus de 40 organisations et être humains sont réunis à la maison des syndicats ce 1er mars 2021 avec près d’une centaine de martiniquais ! Afin de permettre à chacun de s’exprimer il est donné 3 minutes à chaque être humain qui souhaite intervenir. Il est prévu d’effectuer 2 tours de table voir 3 tours. C’est dans le calme la sérénité et dans le respect de tous que le micro passe de mains en mains.

1er tour de table avec pour commencer Greenpeace

La toute première intervention de ce premier tour de table est un représentant de Greenpeace qui aborde le sujet du non respect, par la France de son engagement pris par rapport au grand problème écologique dû à l’effet de serre. L’état français a été condamné avec seulement une mobilisation de 2000 personnes.

UPEM (Union Parents Élèves Martinique)

L’UPEM à exprimé le fait que l’unité a payé, la jeunesse dans la rue a donné la force, un chemin d’avenir. Très satisfait de la manifestation, ravis du nombre de personnes mobilises, l’UPEM propose de motiver les associations afin de motiver plus de personnes. Sensibiliser le clergé également qui a commence à prendre en compte le problème de justice pour mobiliser tout le monde. L’UPEM exprime le fait qu’il serait intéressant d’effectuer les mobilisations les « jours off » car le samedi il y a des gens qui travaillent. Les gens du sud du nord sont démobilisés. On pourrait effectuer des mobilisations, une fois dans le SUD une fois dans le NORD. Inviter les pêcheurs les ouvriers agricoles, les maires, les députés et sénateurs actuels et passé. Faire des actions pour réclamer les pièces pour la commission d’enquête et faire avancer le dossier du chlordécone.

FO (Forces ouvrière)

UNSA exprime le succès de cette mobilisation en clamant haut et fort un BèL WULO BWAVO. L’UNSA est fière de ce qui a été fait. Le travail est beau et mettre ensemble les organisations différentes est une victoire. La cause rassemble, et l’affaire de l’empoisonnement à la chlordécone est impréscriptible, ni pour le glyphosate. On fait peuple. Mais la problématique du pays ne tourne pas qu’autour de la chlordéconne mais aussi le problème du pouvoir politique et économique comme nous avons pu l’exprimer depuis 2009.

UNSA

UNSA nous nous félicitons de la réussite de cette manifestation citoyenne apolitique. Le porte parole de l’UNSA rajoute que si il y a une chapelle c’est celle du peuple. Pour le pays le peuple refuse cette prescription annoncée. L’UNSA demande si il est possible de se réunir dans un autre lieu que celui de la maison des syndicats.

Alfred Varasse : ARTISTE

Le 27 février 2021 était un grand jour, le combat maintenant c’est de maintenir la force pour ne pas laisser tomber. Et pour cela l’unité est nécessaire : ensenm ensenm. Les organisateurs doivent être ensenble. Ce qui fait mal a ce peuple c’est la division, le kit de Lynch. Les artistes sont présent et viendrons grossir la foule au fur et a mesure. Mais les artistes viendront pour un vrai liyénaj. Le 27 c’est une victoire mais il faut continuer sans déroger ! Le peuple a répondu et donc on attend la suite.

Alex Byron

L’unité donne des résultats solides ! Il manque quelque chose sur le mouvement anti-chlordecone, le peuple martiniquais est la comme un touriste il ne réfléchit pas, ne propose pas de solutions. Il y a des documents, des recherches a faire. Il ne fait que de se baser sur nous. Ce n’est pas l’administration qui fera cela. Le centre de la réflexion doit être le peuple et ce n’est pas encore le cas. Moi même cela fait récemment que j’en prend conscience. Ce n’est pas une fatalité de dépolluer les terres. La recherche doit nous permettre de dépolluer les terres, inciter nos jeunes a la recherche. Travail ensemble

Le médiateur de la réunion apporte un élément en disant qu’une doctorante travail sur les pesticides en ce moment.

Convergence infirmières

Annonce des organisations qui ONT SIGNES
le texte de la mobilisation du 27 février 2021

Le groupe convergence infirmières félicite les Martiniquais d’avoir été unis sur cette manifestation. Le problème de santé public est un problème qui touche nos familles nos patients. Nous espérons que les tests seront gratuit au laboratoire ou du moins remboursé a 100% par la SS

Mr Duval

Il n’est pas normal que des juges fassent une prescription et que pendant 21 années placer des documents sous secret. Le chlordécone reste dans nos sols durant 700ans! Nous sommes sur une île avec moins de 400 000 habitants avec divers cancers dont celui de la prostate, du colon, du sein etc. On ne peut accepter cela. La jeunesse change et n’accepte pas cela. Il nous faut obtenir toutes les réparations. Nous n’acceptons pas cela, ce n’est pas comme dans les années 1974 ! On fera face aux gardes mobiles !

Mediateur demande si d’autres personnes s’inscrivent pour le 2ème tour de table.

le 2ème tour de table commence avec Léonne

Leone est une Jeune femme militante qui touche de nombreux domaines pour la culture le patrimoine de la Martinique. Elle exprime le fait qu’elle était particulièrement contente de voir le peuple unis pour la même cause. Elle expose quelques questions : pourquoi sommes nous dans cette situation, pourquoi y-a-t’il la perte de papiers ? et elle continue en disant que les politiques savent ce qui se passe dans le pays, qu’on n’a pas à aller les chercher. Une question c’est comment faire pour barrer les békés ? la réponse c’est leur mettre la pression, le pacifisme ne fonctionne pas. Nombreux sont ceux qui font la révolution dans les zones industrielles à les barrer. les criminels continuent à vendre, sans aucunes craintes de réprimandes. ils vendent vendent,et la solution pour se faire respecter c’est de les barrer. Ces révolutionnaires sont nommés les RVN (Rouges Vert Noir) mais personne ne s’appel RVN ! On a un drapeau et nous portons ses couleurs. Leone a tenue à rappeler les mots du MIM concernant la marche du 27 février, le MIM à dit qu’il ne marchent pas avec les traitres. Elle précise le fait que nous n’avons pas besoin d’afficher notre appartenance à un partie politique, à un syndicat, à une association quand on marche pour la même cause, car, quand on s’exprime dans la rue c’est entant que citoyen.

grande mobilisation du 27 février 2021 à Foyal (Fort de France) en Martinique

Marie Hellen MARTHE pour la CGTM des Ouvriers Agricoles

Mme Marthe dite Surelly affirme qu’elle était contente de voir la population, les travailleurs qui ont répondu en masse à se rassembler. Samedi, la population, par son nombre a affirmée son mécontentement face au traitement injuste du dossier du chlordécone. Les ouvriers agricoles empoisonnés sont malades et seront malades ! Surelly exprime le fait que mettre le dossier aux oubliettes c’est ne pas avoir de considération envers les personnes. Elle continue en disant qu’il faut persévérer et continuer la lutte, que le nombre de personnes dans la rue sera déterminant pour gagner le combat. Il ne faut toutefois pas oublier toutes les autres luttes liées à cette problématique dont celle de l’eau ! et de l’affaire entre autre de Séguineau pour l’accès à l’eau pour tous. Surelly termine son intervention en précisant que la population présente ce samedi c’est une réponse à l’injustice subit par la population.

Béatrice Bellay de la FSM (Fédération Socialiste de Martinique)

Béatrice Bellay pointe du doigt le problème principal de l’affaire du chlordécone c’est que la justice n’est pas rendue. Le peuple s’est réunit ce samedi pour montrer sont intérêt à obtenir la justice. La grande leçon de ce samedi c’est que les martiniquais veulent que les organisations soient unies. Béatrice Bellay propose d’effectuer une pétition qui aura un impact fort pour associer tous les antillais dans cette même revendication. Nous n’avons pas uniquement le chlordécone comme problème mais aussi tous les autres produits cancérigènes qui sont utilisés jusqu’à aujourd’hui.

Fanywa pour le MODEMAS (Mouvement des Démocrates Ecologistes pour une Martinique Souveraine)

Fanywa rappel la proposition du MODEMAS afin de permettre aux êtres humains qui sont dans les communes du nord ou du sud de participer aux manifestations qui se déroulent à Foyal, c’est solliciter les maires de toutes les communes a mettre en place un transport gratuit comme cela s’est fait lors de la grève de février 2009 en prenant l’exemple de la ville de Sainte-Anne. Faire appel aux Maires c’est les impliquer. Fanywa continue sur les pesticides, selon Greenpeace, en 2020 l’import de pesticides a augmenté de 40% et elle propose une idée qu’elle a vu sur les réseaux sociaux provenant de Sylvain, c’est de bloquer les entreprises qui importent ces pesticides. Nous nous devons d’apprendre de la leçon que l’affaire du chlordécone nous donne pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. Et bloquer les intrants c’est aussi lutter contre l’effet cocktails des pesticides et de tous ces produits qui détruisent notre terre. Elle continue en demandant aux agriculteurs d’effectuer une culture respectueuse du vivant comme le fait ORGAPEYI, que nous n’avons pas besoin de lois pour protéger notre santé, notre terre. Les agriculteurs ont la principale responsabilité pour avoir une alimentation saine. Elle mentionne le fait que la CTM possède des terres en friches que l’ASSAUPAMAR et le lyannaj pou dépolyé Matinik ne cessent de réclamer.

Intervention d’André

Lors de cette réunion nous avons eu des Martiniquais qui se sont exprimé sans étiquette, c’est le cas d’André que vous pouvez voir dans cette vidéo :

André est hésitant, il ne sais pas si il doit continuer à parler dans la langue Martiniquaise ou en français, la salle lui dit de s’exprimer dans notre langue. André explique que c’est pour la première fois qu’il participe a une manifestation car, pour lui, il n’y allait pas car il se disait qu’il y avait des gens qui le faisaient. Mais cette fois-ci il a dit qu’il a tenu à y participer et a mobiliser des personnes aussi ça le problème du chlordécone concerne tout le monde sans exception. Je suis la pour apporter des refixions, nous nous battons pour le non lieu mais nous pouvons aussi nous prendre en main. Si nous luttons contre le chlordécone pourquoi on achète des produits qui sortent du Costa Rica bourré de pesticides ? Quand on demande a des agriculteurs français de tenir un cahier des charges et qu’on achète des produits venant de l’étranger nous ne soutenons pas nos propres agriculteurs ! Refusons d’acheter ces produits dans les commerces car cela profite toujours au mêmes : ceux qui ont mis le chlordécone dans nos terres.

Alex Granville du Komité 13 janvié 2020

Avant le 27 février nous sommes arrivé à un consensus sur l’empoisonnement au chlordécone, c’est le refus d’un non lieu et que les coupables soient condamnés. Le peuple martiniquais a répondu à ce message. Nous devons expliquer ce que l’on veut pour que les gens répondent positivement a l’appel. Nous avons vu qu’il y avait une partie de la jeunesse qui a défilé le soir, et que d’autres jeunes se sont mobilises a Ducos pour le même message. Dans le travail que nous avons engagés nous devons voir l’ensemble, la globalité du travail, de sorte que tous se retrouvent à égalité contre ce combat. Nous avons des militantes qui sont convoquées le 02 mars : Alexane et Jay. Nous avons aussi Barre à Mine – Kévin – Lulu – Volkan qui sont convoqués et on ne peut fermer nos yeux sur la répression. On dois prendre en compte ces militants c’est le même combat. On dois ouvrir notre espace de travail dans notre collectif, dans notre communauté on dois travailler pour élargir pour qu’un maximum de personnes s’inscrivent dans ce combat.

Le Médiateur reprend pour résumer l’annonce du Komité 13 janvié 2020 : des militants se battent depuis plus d’une année pour la même cause et nous devons donc travailler ensemble contre cette répression.

le 27 février 2021 pendant la marche à Foyal – boycott du centre commercial GENIPA à Ducos

Combat Ouvrier

Le combat ouvrier s’est rendu dans de nombreuses entreprises pour sensibiliser les travailleurs en 2009 ça a pris 2 ans pour la prise de conscience. Une fois conscient, les personnes entreront d’eux-mêmes dans le combat. Ils vont prendre conscience que tout le monde est concerné. Le peuple n’est pas encore prêt, il faut donc continuer à le sensibiliser. Il faut envisager d’effectuer une autre manifestation et poser un ultimatum. Et si il n’y a pas de réponse de la part des autorités on relance la mobilisation. Le capitalisme ne cède pas sans le rapport de force.

Médiateur : Il est important de continuer l’unité avec la Guadeloupe aussi. Et d’autres pays comme la Réunion peuvent entrer dans le combat.

Banderole de tête

Fin du 2ème tour de table

Marie-George à la parole et fait une proposition d’étendre dans toute la Martinique par exemple 3 manifestations.
Médiateur : le 2ème tour de table est fini on commence le 3ème tour de table.

CDMT

CDMT :Malgré le COVID, malgré les gens qui disent qu’ils ne vont pas dans la manifestation car il y aura des casseurs. Malgré la pluie qui prévue par la météo, le peuple s’est déplacé ce samedi 27 février. La CDMT remercie toutes les personnes présentes et propose de descendre manifester tous les samedis.

Roger Arnault pour l’ASSAUPAMAR et le lyannaj pu dépolyé Matinik

ASSAUPAMAR (Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Martiniquais) à portée plainte et c’est lors de l’audition au tribunal que l’annonce d’un éventuel non-lieu a été annoncé par les juges.

Un grand remerciement aux organisations qui ont pu permettre d’ouvrir les yeux face à cette situation. Roger Arnauld continue en disant que : « plus dur sera la suite ». Chercher à trouver des solutions pour continuer à mobiliser le peuple ne sera pas facile. Aussi, il faut assurer la base pour bien convaincre les gens et ne pas réagir uniquement pour la « prescription ». Il faut trouver des solutions fiables et durables. Roger Arnauld demande aux organisations présentes et aux êtres humains présents si ils ont déjà lu les 52 points du lyannaj pu dépolyé Matinik, 52 points où le lyénaj a pensé a tout le monde ! des enfants, de l’eau, des professionnels etc. Mr Roger Arnauld fini en disant : « Mettons nous au travail sagement sans lâcher »

AOP avec Jacqueline Pétitot

Mme Petitot exprime le fait que ce qui s’est fait samedi était important et voir historique. La presse internationale en a parlé. Ce combat doit être pris en charge dans les 34 communes. Il serait inintéressant de faire des manifestations par zone. Pour « enchouké » le combat sur tout le pays, dans toute la nation martiniquaise. Ce lundi, nous avons la présence de nombreuses organisations qui sont aussi dans le Komité 13 janvié 2020 qui à deux dates phare de mobilisations le 17 mars pour le procès de Kézhia et le 25 mars pour Christian le Gillet Jaune. Mme Petitot continue en disant que le 27 mars nous avons le collectif des agriculteurs qui effectue une grande manifestation. Le 27 mars 2021peut être l’occasion pour que les 40 organisations présentes ce soir répondent à ce RDV. Mme Petitot est favorable à une grève générale.

Nasyon Matnik : Charly

Charly de Nasyon Matnik dit que c’est beau l’auto-congratulation mais l’objectif maintenant est de tenir. Anicia Berton, présidente de Nasyon Matnik a reçu une nouvelle intervention d’auto-greffe, elle prend soin d’elle. Concernant la manifestation, je suis en contacts avec tout le monde, des générations différentes. Les jeunes étaient sceptiques par rapport à ce type de manifestation. Ils étaient d’accord pour faire une unité saine. Les gens qui étaient dans la rue ont maintenant les yeux sur nous. Samedi ils comptaient les troupes. Les jeunes dans la rue ne veulent pas être trahit. Ils font partie de la lutte si il n’y a pas de trahison. Les coupables et le complice qui est l’État français doivent payer. Ici nous sommes dans des associations, dans des partie politique, mais en faite « non » nous sommes tous des martiniquais.

Médiateur. Le peuple nous a confié une mission il faut la réussir

PPM

Intervention de Supa Issla voir video

Médiateur : C’est nous tous ensemble et l’un avec l’autre que nous arriverons au bout

Ghislaine Joachim-Arnaud de la CGTM

Que feront nous demain, c’est pour cela que nous sommes la ce soir. Nous étions dans la rue pour 3 choses : condamner les criminels, non au « non lieu » et relaxer les militants qui luttent à leur manière. Ce que nous pourrions poser serait un ultimatum pour une date à déterminer ensemble pour que les administrations nous donnent une réponse concernant nos doléances, si ce délais n’est pas respecter, alors à ce moment là ! nous retournerons dans la rue. Il faut un procès. Si tout cela était déjà fait il n’y aurait pas eu des jeunes et de moins jeunes condamnés. C’est parce qu’on laisse les gens dans l’impunité qu’ils continuent. Nous devons avoir des réponses a cela, où allons nous ? Nous devons avoir une date de procès. Les militants traduits au tribunal ne doivent plus être poursuivis.

Médiateur : On ne peut rester encore des et des années a combattre. Nous devons obtenir justice.

Francis Carole pour le PALIMA

Charles ETILE

Jean-Marie de la CGT

Samedi c’était une manifestation qui a fonctionné. Nous ne devons pas perdre de vue nos revendications de ce samedi. Les juges fidèles a l’état français ont envoyé un crachat, un mépris vis a vis du peuple martiniquais. Ce que nous avons fait samedi c’est une exigence c’est une sonnette d’alarme. Il n’est pas question d’avoir Monsieur prescription. Pas question d’absoudre les ministres et tous les autres sur cette question. Il faut que le gouvernement dise quand et de quelle manière ils répondent à cela. Nous qui sommes là doivent faire des propositions et en avoir une synthèse. Es ce que le gouvernement va céder ? En 1985 LE PEN devait descendre en Martinique et en effet, la mobilisation préparée à l’avance, a fait que Le Pen n’est pas descendu de l’avion. Notre objectif c’est qu’ils doivent être jugés, condamnés et payer.

Médiateur : il reste 2 interventions puis Philippe Pierre Charles fait la coordination

Martinique Écologie

Martinique écologie avec Mme Jos Dit merci a tout le monde qui était présent samedi. Aujourd’hui ça lui a fait plaisir que le peuple s’est mobilisé. Merci pour l’unité des organisations et de la population merci merci car le peuple prend conscience que c’est un problème sérieux et que tout le monde est concerné même l’enfant dans le ventre de leur mère est concerné. La santé est le mot d’ordre du départ, la dignité aussi. Il faut que l’état français nous respecte et rende justice. Je reste positive. Ça fait des années qu’on se bat. En 2007 écologie a porté plainte. Ceci a fait son chemin dans la tête de chacun. Nombreux ont douté. Quelque soit le temps que ça prendra, nous y arriveront. Comment on continue ?et combien de force nous aurons ?

Vidéos d’interventions

Philippe Pierre-Charles

Maintenir le CAP

Maintenant que les Martiniquais ont pu démontrer que le rapport de force existe il est essentiel de maintenir le CAP, et que ces 40 organisations et plus restent UNIES afin de souder le peuple pour le respect de la DIGNITÉ HUMAINE.

Le soutien se doit d’être global, car nous sommes tous concernés, et le soutien aux militants qui subissent aujourd’hui le joug de la répression coloniale s’avère vital. Faut-t’il encore mettre sur la table la question de la méthode ! quand on voit que même les tribunaux français ne sont pas prêt à rendre justice !

Non à la prescription, non au classement des dossiers chlordécone en secret d’État, non à la répression des militants et surtout ! les criminels doivent être condamnés.

boycott GENIPA sur deux jours 27 et 28 février 2021 à Ducos : FERMETURE DU CENTRE COMMERCIAL DE HAYOT
boycott GENIPA le 27 février 2021 à Ducos

Fanywa Djoser, le 07 mars 2021 Saint-Esprit en Martinique

Vous croyez vraiment en NOUS ?
Vous pouvez nous soutenir via 1 Abonnement Mensuel
(sans engagement)

Next Post

UNE DISCRIMINATION SILENCIEUSE LIÉE AU NON PORT DU MASQUE ? - GUADELOUPE

dim Mar 14 , 2021
Share on Facebook Tweet it Share on Reddit Pin it Share it Email Mercredi 10 Mars 2021, nous avons été à la rencontre d’Elodie, maman de deux petites filles, dont les audios ont récemment fait le tour de la toile, et sur lesquels elles nous livrent toutes deux, un témoignage […]

MOBILIZASYON / RDVS

#LAKTU

Le ZAPPING de #DK

#FLASHDK

#KONVERJANS

#CQFD de l'ÉTAT KOLONYAL

#KULT