Un DRAPEAU à en faire faner les FLEURS de LYS Coloniales – GUADELOUPE

Basse-Terre, le 31.10.21

Nombreux sont ceux qui, avec fierté et honneur, ont partagé ce mardi 26 octobre, une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux : le drapeau Guadeloupéen flottait sur le toit de la préfecture, à Basse-Terre.

Depuis plusieurs décennies, militants, organisations et associations œuvrent pour la création d’un drapeau régional et officiel, comme c’est le cas en Bretagne, en Corse, en Normandie, en Occitanie, ou encore en Guyane . Parmi eux, l’UPLG s’est engagé pour la reconnaissance d’un drapeau déjà inscrit dans le patrimoine Guadeloupéen.

Le drapeau étant une véritable carte d’identité́ qui s’inscrit dans la continuité́, qui est l’héritier d’une histoire, il appartient au peuple Guadeloupéen, qui s’affirme de plus en plus en tant que tel, de l’exposer , de le revendiquer et de l’imposer .

Au delà de l’aspect identitaire, remplacer le drapeau tricolore français ne serait-il pas une réponse forte et claire, à la politique coloniale menée sur notre territoire , et de surcroît toujours plus féroce envers les défenseurs de la justice et de la liberté ?

Le 7 août 2020, une pétition en ligne avait d’ailleurs été lancée, pour souligner le caractère humiliant d’un autre drapeau pour la Guadeloupe, encore trop présent dans les communes de Basse-Terre, Pointe-à-Pitre, Gosier..

Il est composé de plusieurs fleurs de LYS, symbole de l’Ancien régime, pourtant reconnu coupable de crime contre l’Humanité . La pétition qui a réuni plus de 8000 signataires , condamne le symbole colonialiste et esclavagiste du drapeau en question, s’appuyant sur des textes de loi du code pénal .

Par ailleurs , les maires respectifs des communes de Basse-Terre et Pointe-a-Pitre, bien qu’au courant du caractère illégal de ces symboles, n’ont toujours pas pris position pour s’en défaire. Une plainte avait été déposée le 30 décembre 2020, auprès du procureur de la république; aucune suite n’a été donnée à ce jour .

En outre, c’est après les déclarations du préfet Alexandre Rochatte, notamment à travers un communiqué de presse, que plusieurs organisations sont montées au créneau, révoltées par des propos dénuées de sens.

D’autres interrogations s’imposent : Sommes-nous toujours en mesure de nous interroger sur la loi et l’esprit de la loi ?
Sur son application lorsqu’elle est injuste ?
Sur son absence lorsqu’elle n’est pas appliquée ?

Il semblerait que la population Guadeloupéenne soit bien décidée à réaffirmer dignement son histoire, à l’heure où les insultes fusent de toute part, sur les médias nationaux, à son égard .

Qu’importe ! Le peuple Guadeloupéen continue d’écrire son histoire , par tous les moyens , aujourd’hui et depuis toujours légitimés, par l’absence de bienveillance et de justice de l’Etat colonial Français.

POUR QUE LE MÉDIA PUISSE SURVIVRE

REJOIGNEZ NOS GROUPES DE DIFFUSIONS D’INFOS

Next Post

Série Spéciale #CHLORDECONE - 3 Épisodes Inédits de DÉS 🎲 INFORMATION

ven Nov 5 , 2021
Share on Facebook Tweet it Share on Reddit Pin it Share it Email Dés🎲information est un format de #lateamDK qui a pour vocation de débrider la communication sur les sujets bâclés et stigmatisés des MAINSTREAM Retrouvez les 7 Épisodes dans la PLAYLIST avec à l’honneur aujourd’hui les 3 derniers épisodes […]

MOBILIZASYON / RDVS

#LAKTU

Le ZAPPING de #DK

#FLASHDK

#KONVERJANS

#CQFD de l'ÉTAT KOLONYAL

#KULT